1. InfOR-Emploi ULB
  2. Accueil
  3. News
  4. Actualités

Le chômage en baisse à Bruxelles, surtout chez les jeunes

Publié le 11 octobre 2021 Mis à jour le 11 octobre 2021

Le nombre de chômeurs de moins de 25 ans est passé sous la barre des 10.000 personnes en septembre pour atteindre 9311 jeunes, en baisse de 11% par rapport à septembre 2020, rapporte lundi Actiris dans son bulletin mensuel.

Le nombre de chômeurs de moins de 25 ans est passé sous la barre des 10.000 personnes en septembre pour atteindre 9311 jeunes, en baisse de 11% par rapport à septembre 2020, rapporte lundi Actiris dans son bulletin mensuel. Ce nombre a ainsi presque rejoint le niveau d’avant-crise (9262 jeunes chercheurs d’emploi en septembre 2019). Toutes tranches d’âge confondues, en septembre 2021, la région bruxelloise comptait 88.260 chercheurs d’emploi, soit une diminution de 3,9% par rapport au mois de septembre 2020. Des chiffres qui ne sont toutefois pas très surprenants si on se souvient qu’il y a un an, certains secteurs économiques étaient encore totalement ou partiellement à l’arrêt.
 

Gare à la fin du droit passerelle et du chômage temporaire

Depuis septembre 2020, la situation économique et donc le marché de l’emploi se sont quelque peu redressés, c’est vrai, mais il ne s’agit pas de crier victoire pour autant. "Si les entrées dans le chômage classique n’ont pas beaucoup augmenté, cela s’explique par le fait que pour l’instant l’effet de la crise du Covid-19 s’enregistre surtout au niveau du chômage temporaire et du droit passerelle", rappelle le bureau régional de l’emploi. Mais ces aides ne seront pas éternelles et les chiffres du chômage pourraient alors repartir à la hausse.

Poursuivre ses études en attendant la confirmation de la reprise

Chez les moins de vingt-cinq ans, Actiris enregistre un bon millier de chômeurs en moins qu’il y a un an. Comme pour leurs aînés, on peut y voir un effet de la reprise économique. Certains spécialistes y voient aussi la conséquence de l’allongement de la durée des études. Un phénomène, qui n’est pas neuf, mais qui pourrait avoir été amplifié par la crise. Avec pour conséquence de retarder l’inscription des jeunes comme demandeurs d’emploi. Les bons chiffres avancés par Actiris en ce mois de septembre 2021 méritent donc d’être confirmés, avant d’y voir le signe définitif que le pire est passé.

Date(s)
le 11 octobre 2021